sitelogo_fr.gif

b_english.gifb_english.gifb_francais_act.gifb_hantai2.gifb_hantai2.gifb_hangul2.gifb_hangul2.gifb_spc.gif

bb_menu_fr.gifbb_menu_fr.gifbb_accommodation_fr.gifbb_accommodation_fr.gifbb_acces_fr.gifbb_acces_fr.gifbb_kaanazawa.gifbb_kaanazawa.gifbb_kaga.gifbb_kaga.gifbb_noto.gifbb_noto.gifbutton_bk.gif

b_english.gifb_english.gif

kitani_fr.jpg

Un indispensable habillage pour la cuisine locale

Par Shizuo,
Publié le 31 janvier 2011


Combien de types de porcelaine japonaise connaissez-vous ? Peut-être la porcelaine Imari-Yaki, de Saga ? Ou bien celle de Bizen-Yaki à Okayama ? Où encore la porcelaine Kyo-Yaki originaire de Kyoto ? Il en existe tellement au Japon qu’il est difficille d’en faire une présentation parfaitement exhaustive. Bien que chaque type ait sa propre personnalité à travers des motifs ou peintures aisément reconnaissables, j’avoue avoir un faible pour l’ancien style de la porcelaine d’Imari, que les japonais nomment « Ko-Imari » ainsi que pour le style Kutani avec ses figures en arabesques. Mais c’est là simplement mon opinion personnelle.
Kutani-Yaki, est le style de porcelaine spécifique à la préfecture d’Ishikawa. Si vous vous intéressez à la cuisine locale, vous comprendrez vite que cette porcelaine particulièrement raffinée en constitue l’habillage indissociable. Le nom de Kutani-Yaki vient d’un village un peu au sud de Kanazawa, Kutani-Mura où ce style est apparu pour la première fois. C’est autour de 1655 qu’on s’accorde à dater l’origine du travail de la céramique de style Kutani dans cette localité bien que la production semble s’y être arrêtée brusquement quelques 50 années plus tard. Le style ancien ou traditionnel, que le japonais nomment le « Ko-Kutani », est aisément reconnaissable à sa dominante de couleur bleue-verte très caractéristique et à ses motifs et dessins considérés comme particulièrement avant-gardistes pour l’époque. S’il ne fait guère de doutes pour moi que le style ancien de Ko-Kutani s’est développé dans l’actuelle préfecture d’Ishikawa, la question reste aujourd’hui controversée. Certains spécialistes avancent que beaucoup de ses artistes seraient originaires des régions de Saga ou Arita dans l’île de Kyûshû et qu’ils se seraient installés dans la région pour fuir les persécutions contre les chrétiens. D’autres avancent que l’impulsion déterminante a été donnée par des artistes de la région de Kaga, plus au sud dans l’actuelle préfecture d’Ishikawa. Peu d’éléments pérmettent de trancher la question pour de bon. Plus tard, dans la foulée du four de Kasugayama-gama à Kanazawa, ouvert en 1807, les aires de production de céramique de Kutani se répandirent dans toute la région de Kaga. Les seigneurs locaux interdirent l’exportation de la céramique de Kutani de manière à stimuler l’offre et la demande domestique, ce qui fut à l’origine de l’apparition de nouveaux styles comme le « Kyo-Fu » de Kasugayama-gama, le « Arita-Fu » de Wakasumi-gama et le « Ko-Kutani-Fu » de Yoshidaya-gama.


Voici quelques-unes des caractéristiques associées
à ces différents types de porcelaine :

Vaisselle Kutani proposée à Tosho-Taiga

kutaniyaki_01.psd

Ko-Kutani-Fu: la manière du Kutani ancien

Ce style reprend les éléments stylistiques du Kutani ancien. Ses motifs décoratifs élégants font appel à 5 couleurs, le bleu-vert, le bleu marine, le pourpre et le jaune.

kutaniyaki_02.psd

Yoshidaya-Fu: la manière Yoshidaya

Le style Yoshidaya-Fu est aussi appelé « Ao-Kutani (Kutani bleu)». Il utilise souvent les mêmes couleurs que le Kutani anciien à l’exception notable du rouge. Son fond jaune est aussi très caractéristique.

kutaniyaki_03.psd

Aka-E: la manière du Kutani rouge

Aka-E se traduit par « peinture rouge ». Certains des motifs dûs à Hachiroemon Idaya sont appelés tout simplement « Aka-Kutani (Kutani rouge) ». Cet artiste aimait peindre ses motifs et dessins en rouge, et utiliser l’or pour la finition.

kutaniyaki_04.psd

Mokubei: la manière de Mokubei

L’artiste Mokubei Aoki (1767-1833) est l’instigateur de ce style. Son enthousiasme exclusif pour la céramique fit perdre, dit-on, ses facultés auditives à ce génial artiste qui se plaisait à peindre des personnages d’inspiration chinoise sur ses fonds rouges caractéristiques.

kutaniyaki_05.psd

Ao-Chibu: La manière des points bleus

Ao-Chibu ou encore Ao-Tsubu; se traduit par “points bleus”. Les motifs en arabesque sont typiques de cette école. Les artistes peignent à la main de multiples points bleus et arabesques dorées sur un fond bleu marine. Les manières Shiro-Chibu (blanc), Ki-Chibu (jaune), Aka-Chibu (rouge) et Kuro-Chibu (noir), sont également populaires.

kutaniyaki_11.psd

icon_next-a.pngicon_next-a.png

sightseeing_fr.gif

culture.gif

event_fr.gif

activity_fr.gif

restaurant.gif

shopping.gif

information_fr.gif

japan_map.psd

logo_sec_160.jpg

Facebook_icon.psdFacebook_icon.psd